LA SOPHROLOGIE ET LA DYSPRAXIE

LA SOPHROLOGIE : UN ADJUVANT AUX PRISES EN CHARGES DE LA DYSPRAXIE

La dyspraxie est un handicap neuro-développemental relativement peu connu. Il touche 3 à 6 % d’enfants d’âge scolaire de manière variable. Il impacte les acquisitions et les habiletés motrices de l’individu mais aussi son appréhension de l’espace. La dyspraxie se définit comme un trouble de la planification des gestes volontaires. Chaque geste nécessite une programmation et sa décomposition en différentes étapes. Chez le sujet dyspraxique cette programmation est beaucoup plus difficile, prend plus de temps et reste difficile à automatiser. Elle impacte la motricité globale et plus généralement la motricité fine et les coordinations, les repérages dans l’espace.

Le dépistage de la dyspraxie s’effectue de manière pluridisciplinaire, principalement auprès de psychomotriciens et ergothérapeutes pour les troubles des fonctions motrices, des orthoptistes pour les troubles neurovisuels, de psychologues pour l’efficience intellectuelle, des orthophonistes pour les troubles du langage écrit et logico-mathématiques. Le diagnostic est posé par le neuro-pédiatre qui fait la synthèse des bilans pratiqués. Il conditionne le dépôt d’un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées et la mise en place d’adaptations en classe.

La sophrologie propose trois axes de travail pour aborder la dyspraxie sachant que la sophrologie offre une approche globale non axée sur le symptôme.

Le premier axe : majeur, concerne l’acquisition et le renforcement du schéma corporel (Relaxation Dynamique du Premier Degré). En effet, plus le sujet aura une image précise et unifiée de son corps plus il sera conscient de sa posture, des gestes, de sa place et de son positionnement dans l’espace. Il prendra progressivement conscience de l’espace qu’il occupe. Au cours des séances il sera possible de renforcer la sensorialité en travaillant sur les cinq sens. Cette meilleure perception aura un impact sur le corps agissant, le corps en mouvement et les coordinations. Ce renforcement et cet affinement des perceptions sont directement liés à l’état de relaxation induit par la sophrologie.

Le deuxième axe : concerne le geste lui-même, sa mentalisation puis sa réalisation dans l’espace et le temps, ajusté par rapport à l’environnement. La réalisation d’un geste implique la gestion et la coordination de deux paramètres qui sont le temps et l’espace. On apprend ainsi à réaliser certains gestes d’une manière plus mesurée, adaptée, avec un minimum d’efforts. Cela répond à un autre principe de la sophrologie celui du principe d’action positive.

Le troisième axe : est plutôt consacré à la gestion des émotions, du stress, de l’anxiété…..et l’acceptation de la dyspraxie et des difficultés relationnelles et scolaires qu’elle peut induire.

Le sujet dyspraxique est confronté à des limites physiques, ressenties comme injustes et inexplicables qui l’empêchent de vivre comme les autres, de jouer, courir ou sauter avec ses camarades, de profiter pleinement de certaines activités de loisirs, de sports individuels ou collectifs. Il lui est donc nécessaire d’accepter et d’apprendre à gérer ces différentes situations parfois quotidiennes qui le mettent en échec aux yeux des autres. Il est donc important de favoriser l’expression de ses différents ressentis et de lui permettre des relations plus équilibrées et plus harmonieuses. Progressivement l’enfant apprend à parler de ses difficultés, à les exprimer, à demander de l’aide quand cela est nécessaire, à s’appuyer sur les adaptations qui  lui sont proposées tout en développant de nouvelles stratégies.

Par la pratique de la sophrologie il est placé dans une dynamique plus positive où toute réussite est valorisée, il optimise les séquences d’apprentissage en classe et les séances de rééducation chez les autres professionnels. Il peut se vivre en tant que sujet, avec ses compétences et ses capacités, ses richesses personnelles qui contribueront à son épanouissement et au dépassement de son handicap.

 Contacter : cabinet de sophrologie 17 place du Castellas 30540 Milhaud – 06 70 48 69 62 ou par mail : contact@sophrologienimes.fr

femme et endometrioseENFANT ET DYSLEXIE